France

Sur les projets de création d’emploi et de « KAJ » dans le cadre du programme de plein emploi du gouvernement ROHANI

Voici l’arrêté publié récemment par le gouvernement de Rohani concernant le plan d’embauche des stagiaires :

« Les politiques d’intervention et les plans de création d’emploi des appareils d’exécution et des organes de soutien et généraux et non gouvernementaux ont été étudiés dans le cadre des « programmes de plein emploi » au conseil supérieur de l’emploi et ont été adopté dans leur généralité à la réunion du (25 janv.  2017) et puis par le gouvernement en date de (29 mars 2017) et par le quartier générale du commandement de l’économie de résistance  le (8 mai 2017). Ce programme est dans le cadre du paquet de l’emploi et le renforcement de la force de travail numéro 8799, adopté le (19 avril 2017) par le quartier générale du commandement de l’économie de résistance »

Ainsi, le gouvernement ROUHANI a dressé l’étendard de la lutte contre le chômage et la création d’emploi par le programme KAJ « Programme de l’emploi des jeunes » ! Les plans de création d’emploi concernent les diplômés des universités et « KAJ » englobe tous les jeunes à la recherche d’un emploi. Suivant ces deux projets, les jeunes de 15 à 18 ans seront employés avec « 1/3 de salaire de base légale » (soit 2,61 dollars  ou 2,20 euros par jour), « sans la sécurité sociale » et « sans assurance retraite » pour une durée de 4 à 6 mois en tant que stagiaires. Dans ce projet, les employeurs n’ont aucune obligation d’embaucher ces stagiaires à la fin de leur contrat à un emploi provisoire ou permanent. Pourtant, à l’article cinq de la loi de travail de la République Islamique, intitulé étude et emploi, les conditions de stage et les caractéristiques des stagiaires sont détaillé.

Il est claire que le but recherché par le gouvernement dans l’adoption et l’exécution de ce genre de programmes est de contourner la loi de travail et les aliénas de son cinquième article ainsi que les lois de la sécurité sociale, pour offrir les jeunes à la recherche d’un emploi aux employeurs qui les ferais travailler pendant des mois, avec 1/3 de salaire et la suppression de tous les droits sociaux.

Parmi d’autres conséquences de ce plan il faut prévoir le licenciement des travailleurs avec des contrats à durée déterminée ; les employeurs ont la possibilité de les licencier pour les remplacer par des stagiaires à 1/3 de salaire et sans la sécurité sociale. Or le salaire minimum d’un travailleur est déjà fixé à 1/3 du seuil de la pauvreté par le gouvernement et ce plan d’embauche des stagiaires (qui fixe les salaires à 1/6 du seuil de la pauvreté) démontre la volonté délibéré du gouvernement Rouhani d’enfoncer encore plus les travailleurs iraniens dans la pauvreté absolue qu’ils s’y trouvent déjà.

Résumons : le gouvernement iranien met en place des plans qui, sous de apparences pompeuses, n’ont d’autres but que de fournir une force de travail extrêmement bon marché aux employeurs et de fragiliser encore plus la sécurité d’emploi des travailleurs et donner une apparence de baisse au chaumage.

Mais la protestation gronde en Iran et il ne se ne se passe un jour sans qu’il y ait de la grève et de manifestation des ouvriers quelques parts dans le pays. L’envoi des gardiens de la révolution et d’autres forces de répression sont l’unique réponse du gouvernement. Ainsi la République Islamique d’Iran impose par la force son système esclavagiste. L’envoie de faux représentants des travailleurs d’iran aux diverses réunions des instances internationales ne sont que des tentatives pour masquer les vérités de se qui se passe dans ce pays.

L’Alliance Internationale pour la Défense des Travailleurs d’Iran

Répression dans la République Islamique de l’Iran

Le 39e jour de la grève de la faim de Reza Shahabi

La vie de ce syndicaliste est en danger.

Selon le syndicat des travailleurs de la Compagnie des autobus de Téhéran et des banlieues, Réza Shahabi, depuis le 9 août est incarcéré à la prison de RajaiShahr et depuis cette date il  est en grève de la faim.

La famille de ce syndicaliste lorsd’une visite en prison a remarqué que la condition physique de Réza Shahabi s’est détériorée. Il a affaiblie considérablement. Il souffre de plusieurs problèmes de santé notamment des maux de tête important et l’engourdissement des pieds et des mains. Le médecin l’a examiné deux fois et a prescrit une IRM de la colonne vertébrale.

RézaShahabi est en prison à cause de ses activités syndicales. Il a étéHaut du formulaire condamné en 2010 à six ans de prison, et libéré sous caution en 2016 pour raisons médicales. Mais le 9 août dernier il était de nouveau incarcéré à la prison de RajaiShahret  cela malgré le rapport du médecin déconseillant son maintien en prison. Les autorités judiciaires ne cessent de le persécuter.

A la suite des protestations massives des organisations des ouvriers, contre la persécution du régime à l’encontre des travailleurs et leurs syndicats, une plainte est enregistrée à l’OIT contre la République Islamique d’Iran Et cette plainte est toujours en cours. Le régime a eu recours à des mensonges pour répondre à cette plainte. Il prétendait que Réza Shahabi a été libéré et est retourné au travail.

Réza Shahabipour empêcher que la prison encaisse la caution, était obligé de se présenter à la prison.Les autorités pénitentiaires d’abord lui déclaraient que dans son dossier il y a une lettre comme quoi il est libre et il peut venir pour récupérer ses affaires. Le lendemain cependant, quand il se présente à la prison ,il a été transféré dans la salle de quarantaine  et le procureur a informé sa famille que cinq mois de son congé médical ne comptent pas. En d’autre terme il était absent  en prison, par conséquent, il doit rester en prison encore des mois. En outre, il a été informé qu’en cas de non-paiement d’une amende à la fin de sa détention, il devrait être détenu pendant 355 jours.

Nous contestons contre le maintien de la détention de R.Shahabi et nous  exigeons sa libération immédiate.

 

Vive la solidarité internationale

 

« L’AllianceInternationaleenSoutien aux Travailleursen Iran » PARIS

International Alliance in Support of Workers in Iran (IASWI)- Paris

etehadbinalmelali@gmail.com

info@workers-iran.org; 

www.workers-iran.org;

www.etehadbinalmelali.com

https://twitter.com/IASWIinfo

 

————————-

Quoi de neuf à Haft-Tappeh

L’adjoint de la direction de Haft-Tappeh aux ouvriers :

Ceux qui ne peuvent pas supporter les conditions existantes peuvent démissionner et quitter l’entreprise.

A 11 heures du matin de ce jour (10 septembre 2017) et après trois mois de retard dans le paiement des salaires des mois de mai, juin et juillet, dans un acte sans précédent dans l’histoire de cannes à sucre de Haft-Tappeh, le patron a réglé uniquement les salaires fixes des ouvriers. Par conséquence, les travailleurs de diverses sections de l’entreprise, mise à part la section de l’agriculture dont les travailleurs sont occupé à l’extérieure des ateliers et dans les champs, se sont spontanément regroupés, d’abord devant l’entré de l’entreprise et ensuite devant la porte de la direction. Insolent, illégal et intimidateur, l’adjoint de la direction déclare devant les travailleurs réunis que tout ceux qui ne peuvent pas supporter les conditions existantes n’ont qu’à démissionner et quitter l’entreprise. Il est clair que les travailleurs ont vivement protesté.

Malheureusement, le silence significatif du député de la ville et du préfet et responsables départementaux de Khousestan a permis à cet individu incapable de parler aux travailleurs de la sorte ; comme s’ils étaient ses esclaves ou si on étaient à l’époque des Pharaons d’Egypte, alors qu’il devait afficher sa humiliation, avouer son incapacité et remettre la direction de l’entreprise à l’Etat! Il est clair que tant que cet employeur a devant lui des individus incapables en tant que responsables au niveau de la ville et du département, il est normal qu’il se moque de tous ; pareil à l’employeur de la « Colle Hel » de Tabriz. Monsieur le procureur et messieurs les responsables de la justice et de la sécurité de la ville et du département, sachez que face à cette injustice contre les travailleurs de cet entreprise, tant qu’il n’y a pas une réaction radicale et appropriée de votre part, vous aussi vous êtes coresponsables ! Sachez que par votre comportement, les travailleurs n’ont plus d’espoir en vous et vous laissent avec votre dieu. Ainsi, si vous n’utilisez pas la loi face à cet employeur, au moins ne faites pas de fiches de renseignements cotre les travailleurs et ne les accusez pas d’être des agents de l’étranger !

Nous disons aux responsables et au gouvernement qu’avec des employeurs incapables, ainsi que les transferts des entreprises aux rentiers, aux intimes ou des privatisations, vous faites une auto-immolation. Ainsi, non seulement l’économie de résistance ne se réalisera pas mais, en plus, les conditions actuelles de production sont aussi sur la voie de disparition.

A la suite des grèves et la pression des ouvriers sur les responsables et les actionnaires de l’entreprise, pour sortir de cette situation, l’employeur a procédé de la sorte pour régler de cette façon les salaires des travailleurs. Mais, c’est la rentrée des classes et face aux couts colossaux d’achat d’habillement, de cartable, des livres et l’inscription des enfants, les travailleurs sont désemparés et soumis aux conditions  déplorables !

Grand nombre de travailleurs de canne à sucre de Haft-Tappeh

10 septembre 2017

Message du syndicat des travailleurs de canne à sucre de Haft Tappeh

Au congrès international l’I .U.F  (Union internationale des travailleurs de l’alimentation, de l’agriculture, de l’hôtellerie-restauration, du tabac et des branches connexes)

Chers camarades et collègues,

Veuillez accepter nos salutations fraternelles et notre message de soutien à l’occasion du 27eme congrès international de l’I.U.F. qui se tien du 29 août au premier septembre à Genève. Nous vous souhaitons un congrès bien réussi pour le progrès et la défense des intérêts des travailleurs et de leurs organisations à travers le monde. Nous sommes conscients qu’il faut rester unis ensemble pour faire face aux attaques des patrons, des entreprises capitalistes et des Etats contre les droits et les acquits des travailleurs.

Malheureusement, en tant qu’une organisation membre de l’I.U.F, nous ne somme pas en mesure d’êtres à vos cotés dans cette réunion importante. Vous, en grand partie, êtes au courant qu’à cause d’importantes contraintes et des privations qui nous sont imposées, y compris l’atmosphères hautement sécuritaire dans le pays, nous n’avons de la liberté d’activités ni le droit de voyager en tant que représentants syndicaux. Depuis la création du syndicat des travailleurs de canne à sucre de Hft-Tappeh, les membres de la direction, les militants du syndicat et grand nombre de ses travailleurs ont été cibles de  persécutions, de harcèlements et de poursuites judiciaires. Ces dernières semaines, nous étions témoins d’actes de répressions contre des dizaines de travailleurs de canne à sucre de Haft-Tappeh et l’augmentation de pression sur le syndicat. Ainsi, ces derniers jours, à la suite de la participation à une grève, une soixantaine de travailleurs de travailleurs de canne à sucre de Hft-Tappeh ont été traduits devant les tribunaux sous l’inculpation « d’agitation des travailleurs ». De même, le 24 août 2017, la branche de l’exécution des ordonnances pénales du tribunal révolutionnaire d’Andimeshk, dans un communiqué, a demandé à Monsieur Ali Nédjati, membre de la direction du syndicat, à se préparer, dans un délai de cinq jours, pour l’exécution d’une condamnation de six mois de prison sinon, il sera arrêté. Ali Nédjati a été condamné à six mois de prison pour des inculpations sans fondements. Dans le passé aussi, il avait été arrêté et incarcéré plusieurs fois et cette dernière ordonnance pénale a été émis malgré sa maladie cardiaque et la prescription médicale d’éviter les endroits stressants.Suivants les derniers rapports, il est possible que bientôt, plusieurs dizaines de travailleurs de la compagnie de canne à sucre soientt traduits devant les tribunaux à cause de leur participation aux dernières grèves. Déjà, d’autres membres de la direction du syndicat ont été convoqués. Ces grèves ont pour cause le non paiement de salaires et primes des travailleurs actifs et des retraités de l’entreprise, ainsi que leur protestation contre le processus de la privatisation de l’entreprise qui a eu comme conséquence la perte de la sécurité d’emploi des travailleurs, des retards dans le paiement de leurs salaires et l’installation permanent de forces de sécurité dans l’entreprise. Malheureusement, dans d’autres secteurs aussi ces mêmes conditions règnent ! Le syndicat des travailleurs de Sherkate-Vahed des autobus de Téhéran et Banlieue est aussi constamment soumis à ce genre de harcèlements et persécutions. En ce moment même, Monsieur Reza Shahabi, membre de la direction de ce syndicat observe une grève de la faim qu’il a commencée depuis le 9 aout 2017 à la prison de Rédjaï-Shahr.Nous demandons aux représentants élus au 27iem congrès d’I.U.F de condamner la violation permanente des droits de travailleurs en Iran ainsi que l’arrestation, le harcèlement et la persécution des travailleurs de canne à sucre de Haft-Tappeh. Votre action immédiate de même qu’une résolution urgente dans ce congrès nous seront de grand secours. Nous vous remercions beaucoup et souhaitons votre réussite et victoire. Avec notre solidarité,Le syndicat des travailleurs de canne à sucre de Haft-TappehIran, 27 aout 2017

Aux travailleurs de canne à sucre de Haft Tappeh;

Nous honorons vos luttes et vous soutenons

 A la suite des mois de grèves répétitives et l’indifférence et le mépris des patrons et des autorités publiques, face aux conditions honteuses de la vie que les capitalistes leur ont imposées, les familles excédées des travailleurs se sont jointes aux travailleurs et se sont réunies sur les voies publiques et dans les rues et coupé la route de Shoush-Indimesk. Ils ont ainsi, fait entendre leurs protestations par tous les habitants des régions. Après l’accumulation des promesses sans suites des patrons et des autorités, des négociations sans résultats avec les responsables, des pertes de temps et d’errances, ils ont demandé l’aide des travailleurs et du peuple laborieux de la ville. Mais mardi soir, ils ont été attaqués par les forces de sécurité et de l’ordre, qui ont pénétré dans leurs domiciles et arrêté 15 travailleurs pour les transférer dans un lieu inconnu. Les dernières informations indiquent une augmentation du nombre des arrestations jusqu’à 20 personnes ! Les forces de sécurité et de l’ordre, le pouvoir judiciaire, l’Etat et le patronat ont démontré une fois de plus que face à la protestation ouvrière, ils sont tous unis  pour défendre les intérêts des capitalistes, en s’appuyant sur les lois en vigueurs !

Ce système d’oppression et inhumain est imposé aux travailleurs qui n’ont pas perçu leur salaire depuis des mois et qui sont soumis à la pression des dépenses atterrantes, des dettes et de la vie par acompte (le pillage de banques et des entreprises capitalistes), ou ceux qui depuis longtemps leur carnet de santé n’ont pas été renouvelé, ou, pour les retraités d’entreprises qui n’ont pas encore perçu les avantages correspondant à leur retraite, ou ceux des travailleurs qui protestent parce que leur entreprise a été cédé au secteur privé ou bien, qu’ils demandent la libération de leur collègues emprisonnés. Comment pourra-t-on leur demander de supporter et de rester silencieux ? C’est pour cette même raison que les responsables gouvernementaux ont sans relâche essayé de faire reculer les membres de la direction du  syndicat du sucre en les frappant, les emprisonnant, les licenciant, ou en coupant leur salaire et en les accusant d’actes contraires à la sécurité et au moment même que leur peine de prison prend fin, les mettrant de nouveau en accusation ou en arrêtant les membres de leur famille ….. Tout ceci dans le but de les obliger à reculer dans leurs luttes et de mettre en échec la volonté de lutte des travailleurs de cannes à sucre ainsi que d’autres travailleurs des autres entreprises. Nous ne pouvons pas nommer une vie ces conditions humiliantes qui nous sont imposées ; c’est une mort lente que l’on ne peut ni supporter pour vivre honorablement, ni se taire face à cette destruction inhumaine ! Les revendications des travailleurs de Haft Tappeh font partie des droits les plus élémentaires que les travailleurs ont acquis par de longues luttes et pour pouvoir les  préserver et en jouir, ils n’ont pas d’autres choix que continuer encore la lutte. Les expériences leur ont appris qu’il faut utiliser la force et la puissance collective des travailleurs face au refus des patrons et de la direction de l’entreprise de respecter leurs droits et d’accepter leurs revendications. Ils doivent aussi demander l’aide des autres centres ouvriers qui ont réussi à créer leurs organisations indépendantes et leurs syndicats au prix de luttes acharnées et avec bravoure. Ils doivent aussi demander l’aide de leur famille et du peuple laborieux. La répression des protestations des travailleurs et l’attaque de domiciles, ainsi que l’arrestation des travailleurs qui luttent pour leurs revendications, est un signe d’incapacité d’un système qui ne peut s’appuyer que sur des baïonnettes. Ces répressions n’arrêteront pas la lutte de la classe ouvrière contre le système capitaliste.

Un groupe des travailleurs de pétrochimie de la région de Mahshahr et de Bandare Emam

Un groupe de travailleurs de l’axe Téhéran-Karaj

 

Travailleurs des projets de Pars du sud

Militants ouvriers de Shoush et d’IIndimeshk

Militants ouvriers du sud

Kargaran.parsjonobi@gmail.com

25 juillet 2017

 —————–

  Rassemblement à Genève le 13 juin 2017

Place des Nations de 12h à 14h

pour la défense des droits des travailleurs

et des libertés syndicales en Iran

En Iran, les travailleurs sont privés de libertés essentielles :

– le droit de faire grève,

– le droit de manifester,

– le droit de constituer des organisations syndicales.

Accusés d’avoir enfreint ces interdictions, des milliers de salariés sont arrêtés, nombre d’entre eux sont jetés en prison et certains condamnés à mort.

Les organisations syndicales françaises CFDT, CGT, FSU, Solidaires et UNSA appellent les organisations de travailleurs présentes à Genève à l’occasion de la Conférence internationale du travail 2017 à se rassembler Place des Nations pour exiger :

–    La libération des syndicalistes emprisonnés ;

          –    Le droit de constituer des syndicats indépendants en Iran ;

  • Une présence dans la délégation iranienne à la Conférence internationale du Travail de l’OIT d’organisations de travailleurs démocratiques et indépendantes du régime.

Place des Nations à Genève

Le 13 juin 2017 de 12h à 14h

Ce rassemblement permettra aux représentants syndicaux présents d’exprimer leur solidarité envers les travailleurs et

—————–

Info sur d’Iran

Plus de trois ans après l’élection de Hassan ROUHANI à la présidence de la république islamique, suivant les rapports des experts indépendants de l’économie, du travail et des relations sociales, ainsi que les statistiques truquées publiées par le gouvernement, nous constatons que le taux de chômage est en hausse tandis que le pouvoir d’achat des travailleurs et des salariés moyens et des couches inférieures de la société continue à baisser. Le pire c’est que même les rémunérations dérisoires des travailleurs ne sont pas versés  à leur terme ; les versements s’effectuent avec des retards de plusieurs mois et des fois ils sont purement et simplement oubliés ! Il est clair qu’en même temps, les cotisations sociales ne sont pas réglées et ceci crée des difficultés pour les travailleurs et leur famille dont les cartes de sécurité sociale perdent leur validité.  Les contrats de travail sont signés pour des durées de plus en plus courtes ; les embauches orales ou autrement dit, le travaille sans contrat se répand de plus en plus.  Le travaille au noir et des rémunérations plus bas que le minimum officiel prennent des proportions inouïes.

Il est donc normal que pendant cette période, nous soyons témoins d’extension et du renforcement des mouvements de grèves. De sorte que tous les jours plusieurs grèves et rassemblements ont été signalés dans divers unités de production et de service. Dernièrement, un responsable des forces de l’ordre a rapporté une augmentation de 69 % de mouvements de protestations sociales et ouvrières durant ces trois dernières années.

Parmi les mouvements de protestations qui ont eu lieu pendant ces derniers mois nous pouvons citer celui contre le projet de réforme de la loi de travail du gouvernement Rouhani. Ce projet de loi est le même que le gouvernement d’AhmadiNéjad avait préparé dans le but de rendre les contrats de travail encore plus précaires, baisser encore plus le prix de la force de travaille et de faciliter davantage le licenciement des travailleurs protestataires et insoumis. Le gouvernement Rouhani voulait faire adopter ce projet par l’assemblé tout en le remaniant pour le rendre encore plus libéral.

La pression sur les militants ouvriers et les travailleurs protestataires ainsi que l’attaque contre les rassemblements, les licenciements abusifs, les convocations devant les juges, arrestations et incarcérations ont augmenté de façon encore plus importante.

Le 5 décembre, le rassemblent des travailleurs et des chauffeurs de bus de Cherkate Vahed a été attaqué et un certain nombre de travailleurs ont été frappés, blessés et envoyé à l’hôpital et d’autres ont été arrêtés pendant plusieurs heures ! Le but du rassemblent n’était autre que la demande d’un logement à la mairie de Téhéran.

Pendant ce temps la tracasserie continue : Ismaïl Abdi a de nouveau été emprisonné. Jafar AzimZadeh et Reza Chahbi, sont mis sous pression pour retourner en prison. Behnam EbrahimZadeh, aussi, subit des pressions de plus en plus fortes en prison.

Mais, la résistance s’organise aussi dans les prisons. Arash Sadéghi et Morteza MoradPour dans les prisons d’Evine et de Tabriz, ont traversé leurs 54 ième jours de grève de la faim et d’autres prisonniers, comme Saïd ShirZad sont aussi en grève. Parmi les travailleurs, on peut citer le nom de Davoud Rafyi de « Iran Khodro » qui est toujours en prison. Le régime se montre insensible à ces grèves et on craint beaucoup pour la vie de ces grévistes. De toute façon, après des périodes aussi longues de grève de la faim, l’état de santé des grévistes sont gravement détériorés et les séquelles auront du mal à disparaître. Il est clair que le régime porte toute la responsabilité des effets néfastes sur la santé de ces personnes innocentes qui sont poussées à ce genre de luttes extrêmes pour défendre leurs droits.

 ………………………………………………………………………….

01-azar-france

Si le nom Esmail Abdi vous semble familier, c’est que je vous écris à son sujet pour la troisième fois.

Esmail est un dirigeant du syndicat des enseignants iraniens. Il a été arrêté en juin 2015 alors qu’il se rendait au Canada pour assister au congrès de l’Internationale de l’Éducation.

Nos deux précédentes campagnes ont généré plus de 19.000 messages de protestation, mais les autorités iraniennes n’en ont pas tenu compte.

Nous avons appris qu’Esmail a été condamné à six ans de prison sur des accusations falsifiées.

Son seul vrai crime est son travail en tant que défenseur des enseignants et de l’éducation.

L’Internationale de l’Éducation nous demande à nouveau d’inonder les boîtes de réception du gouvernement à Téhéran avec des messages de protestation demandant sa libération. Mr abdi Esmail

Et merci de transférer ce message à vos amis, votre famille et aux membres de votre syndicat

————————-
Mobilisation pour les travailleurs iraniens

Appel
À la Manifestation devant Palais des Nations (Genève) au siège de l’Organisation internationale de travail
(OIT) En solidarit és avec les travailleurs Iraniens

Aux Travailleurs, étudiants, et les syndicats français, notamment La CFDT, L’UNSA, Union Solidaire, La FSU et la CGT.

Camarades

Comme vous le savez bien, la crise du capitalisme traverse le monde entier. L’envergure de cette crise a mené les Etats et les grandes firmes à briser les acquis, même minimes, de la classe ouvrière, les acquis obtenus aux prix des sacrifices et luttes acharnées.

Pour garantir les intérêts d’une poignée de parasites, Ils essaient de faire porter le fardeau principal de cette crise par la classe ouvrière et les couches laborieuses, sans qu’ils aient un rôle quelconque dans l’avènement de cette situation.

La classe ouvrière française, l’authentique héritier de la commune de Paris, peuvent freiner les cupidités du pouvoir actuel qui se nomme improprement « socialiste », dans une lutte sans merci, unifié et infatigable en s’unifiant solidairement avec les travailleurs et les organisations révolutionnaires et progressistes.

Votre tâche, en tant que l’activiste ouvrier, militants travailleurs et la jeunesse et étudiants épris de la liberté en France, est de mener cette lutte en harmonie étroite avec les mouvements progressistes et avant-garde pour faire reculer les exploiteurs.

Cette tâche est une priorité pour vous, mes chers amis.

Je souhaite beaucoup de succès pour vous et vos actions.

 

Mahmoud SALEHI

Travailleurs et syndicaliste

Kurdistan, Iran


La chaine iranienne PRESS TV n’est pas un média comme un autre
PRESS TV n’est pas un média comme un autre
Version word du document concernant PRESS TV
Reza Shahabi a été confirmé phrases à un an de prison
Cinq ans de prison pour un nouveau procès Davoud Razavi, Ebrahim Madadi
Comprendre la situation actuelle
Appel Unissons-nous pour la libération immédiate des travailleurs incarcérés du cuivre de KhatounAbadet
Libérez immédiatement et sans condition les ouvriers protestataires du cuivre de Khatoon -Abad
Rohani à Paris: les syndicats français interpellent Hollande sur le sort de syndicalistes iraniens
Licenciement à Émirates – Rassemblement 18 janvier à 16h30
Campagne de Protestation contre 37 ans de crimes perpétrés par la « République Islamique d’Iran »
Le président iranien Hassan Rohani est attendu les 27 et 28 janvier à ParisParis, le 9 novembre 2015
Soutenons les revendications de Mahmoud Beheshti Langroodi pour qu’il mette fin à sa grève de la faim
INFO: (Un enseignant En Gréve )Mr Behechti
Chers Amies et Amis syndicalistes français
Madadi Comprendre la situation actuelle